Arbres fruitiers : bien les choisir et conseils de plantation

Publié le 28/06/2016 par Gilles Colinet
verger

Depuis quelques années, on assiste à une montée en puissance de la consommation biologique et du désir de mieux contrôler la provenance de son alimentation. Cela se traduit notamment par un engouement nouveau pour les arbres fruitiers et la création d'un verger. Quelle que soit la surface de leur jardin, les français ont retrouvé le goût de consommer leur propre récolte et de profiter de la fleuraison printanière de ces fruitiers. Mais comment procéder pour ne pas se tromper dans l'élaboration et la plantation de son verger 100% maison ?

Choisir des fruitiers adaptés à votre jardin

Choisir l'emplacement de vos fruitiers

Un fruitier a besoin d'un endroit ensoleillé, abrité du vent et assez grand pour qu'il vous assure un rendement tant qualitatif que quantitatif des fruits. Le type d'arbre fruitier que vous allez choisir dépend donc principalement de la configuration de votre jardin. Il faudra tenir compte :

  • du climat : on ne disposera pas des mêmes plantations entre le Sud et le Nord.
  • de l'espace : Vous ne pourrez pas installer un pommier de 2 m sur votre balcon et un mini-poirier se sentira bien seul au milieu de votre grand jardin.
  • de la luminosité : certaines espèces ne peuvent survivre sans soleil alors que d'autres supportent très bien le manque de lumière.
  • du sol : il est préférable d'avoir un sol bien drainé et amendé.

Une fois les quatre points précédents bien étudiés, vous pourrez choisir le type d'arbres fruitiers le mieux adapté à votre espace vert.

Les différents types d'arbres fruitiers

Les arbres fruitiers produisent des fruits à pépins et à noyaux : pommier, poirier, prunier, cerisier, abricotier, pêcher, nectarinier, kaki, nashi... Plusieurs formes existent, il faudra être vigilant sur la distance de plantation et la hauteur de cueillette des fruits.

Les formes palissées

Les arbres fruitiers dit « palissés » sont des arbres fruitiers dont les branches sont attachées à un support (fils tendus, murs, clôtures,...). De ce fait, ces arbres fruitiers prennent peu de place et sont particulièrement adaptés aux petits jardins, ils sont également très productifs. En y apportant une taille régulière, vous conserverez cette forme palissée et assurez une production de fruits optimale.

Les formes libres

Les arbres fruitiers à forme libre demandent peu de taille, contrairement à leurs homologues palissés. Ils en existent deux sortes, distinguées par leur hauteur adulte et leur distance de plantation.

  • les arbres fruitiers en forme fuseau. En quenouille ou gobelet, ces arbres fruitiers deviennent de petits arbres (1,50 à 5 m selon les fruitiers), dont le tronc fera 50 à 60 cm. Vous pourrez alors cueillir vos fruits avec facilité. Ces arbres fruitiers nécessitent une distance de plantation de 3 à 5 m selon les espèces pour leur garantir un épanouissement total.
  • les arbres fruitiers sur tige. Vendus sur tronc (1,50 m) ou demi-tige (1,30 à 1,50 m), ces arbres fruitiers peuvent atteindre 5 à 8 m de hauteur. Leur tronc dégagé vous permet de circuler en dessous, et la taille du houppier vous permet d'obtenir des récoltes plus importantes. Pour leur garantir un espace suffisant, la distance de plantation devra être de 6 à 8 mètres selon les espèces.

Vous pouvez désormais choisir les arbres fruitiers les plus adaptés à votre espace vert pour avoir des fruits de qualité en quantité.

Astuce de pro : choisissez vos plants de fruitiers chez un pépiniériste situé près de chez vous. Vous avez ainsi la garantie de planter des fruitiers dont le porte greffe est adapté au sol et au climat de votre région.

Planter ses arbres fruitiers : tout un art !

Le choix de votre arbre fruitier bien étudié et l'achat effectué, il ne vous reste plus qu'à le planter. La majorité de ces plants d'arbres fruitiers vous sont fournis en racines nues. Cela signifie que vous pouvez les planter entre le 15 novembre et la fin mars, au cours de leur période de dormance. Si toutes les conditions sont réunies, vous pouvez vous lancer !

Astuce de pro : en cas de grands froids, n'hésitez pas à décaler la date de plantation afin de ne pas planter dans un sol gelé. Vous pouvez protéger les racines nues des courants d'air et du dessèchement en les mettant en jauge entre le moment de l'achat et celui de la plantation.

1) Préparer la terre

Le trou destiné à recevoir votre arbre fruitier devra préférentiellement être ouvert 2 à 3 semaines avant la plantation (mais ce n'est pas obligatoire). On pourra ainsi y incorporer un amendement organique pour enrichir le sol. Attention toutefois à ne pas avoir la main trop lourde : un excès de fertilisation aura pour effet une production excessive de bois au détriment des fruits.

La grandeur optimale de ce trou devra être d'environ 1 m de large pour 50 cm de profondeur pour les moyens à gros spécimens et de 0,7 m par 30 à 40 cm pour les autres.

Au fond de ce trou, vous pouvez déposer une couche de drainage pour optimiser l'implantation de votre arbre, sa croissance et donc sa production. En effet, l'implantation d'une couche de gros graviers, tessons de pots, tuiles cassées... va permettent aux racines de ne pas se « noyer » à cause d'un sol argileux. Aménagez une butte de terre par dessus, sur laquelle viendront se poser les racines.

2) Préparer le plant

Avant la plantation, vous devez préparer votre arbre fruitier en coupant les racines ayant pu sécher entre l'achat et la plantation. Vous devez aussi réduire la longueur des branches pour en faciliter la reprise une fois l'arbre fruitier mis en terre.

3) Le pralinage des racines

Praliner les racines d'un arbre fruitier consiste à enduire ses racines d'un mélange de boue argileuse (le pralin) que vous pouvez fabriquer vous-même ou acheter dans le commerce. Le but de ce pralinage est de maintenir les racines dans l'humidité et de les fertiliser pour assurer une bonne reprise.

4) Plantation de votre arbre fruitier

Placez l'arbre au centre du trou et assurez-vous que le point de greffe (renflement cicatriciel bien visible sur le tronc) arrive juste au niveau ou légèrement au dessus du sol. Les racines doivent être étalées sur la butte de terre servant au drainage. Une fois l'arbre fruitier correctement positionné, vous pouvez refermer le trou avec la terre extraite mélangée à du bon fumier. Tassez ensuite la terre avec le pied, soit de manière horizontale soit en faisant une petite cuvette au niveau du tronc pour faciliter l'arrosage. Pour finir, arrosez-le abondamment (environ 15 L d'eau).

Note : Tuteurage et palissage
Dans le cas des arbres sur tige, les plants d'arbres fruitiers ont besoin d'un tuteur pour pousser bien droit. Le tuteur devra être enterré de 50 cm dans le sol et remonter jusqu'au niveau de la tête. Attachez-le à l'aide d'un lien extensible de préférence en plastique pour ne pas abîmer votre arbre. Ce lien sera délié au fur et à mesure de la croissance de votre arbre. Les plantes à palisser seront plantées de manière à pouvoir palisser les branches sur leur support. Dans le cas d'un mur, prévoyez 25 cm entre le plant et le mur.

Votre plant d'arbre fruitier est enfin planté. En suivant les conseils préalablement cités, vous vous assurez d'avoir de beaux fruits et ce, pour longtemps, puisqu'un fruitier peut vivre au moins 100 ans. De quoi vous régalez de nombreuses années !


A propos de l'auteur

Gilles Colinet

Gilles Colinet

Ingénieur agronome et repreneur des pépinières Jean Huchet depuis une dizaine d'années, Gilles COLINET dirige l'une des principales pépinières de l'Ouest. Avec son équipe il est à la recherche permanente de nouvelles variétés pour proposer l'une des plus importantes gammes du marché (3000 variétés !) à tous les stades de développement : du jeune plant au gros sujet centenaire.


Haut de page